Tiny house et écovillages. Où en sommes-nous en 2019?

Après plusieurs années que nous discutons d’écovillages, communautés, habitat groupé et Tiny Houses, il est venu le moment de faire un point, voir ce que nous avons fait et ce qui reste encore à faire. Donc, voici notre état des lieux de mi-2019.

7698510740_bf1d393773_h
(source image)

Beaucoup de Tiny House, mais pour une population bien précise.

En ce moment, nous construisons pas mal de Tiny House et de maisons écologiques. Mais nous arrivons à réaliser ce type de construction uniquement pour un type précis de population: des personnes qui sont déjà propriétaires d’un terrain, et on besoin de construire un espace supplémentaire pour y loger leur parents et leurs enfants.

Vice-versa, ceux qui n’ont pas de terrain n’arrivent pas à construire. L’envie est là, mais ne se concrétise pas.

Beaucoup de terrains, beaucoup de demande pour un habitat alternatif, mais une difficulté à concrétiser les projets.

Nous récevons régulièrement des offres pour des terrains qui pourraient très bien accueillir un projet d’écovillage qu une communauté de Tiny House. Il s’agit de terrains dans le Grand Genève (Suisse et France) ou au Pied du Jura, bien reliés aux transports publics, et permettant de réaliser des projets d’habitat de 300 à 500 m2. Pour donner un ordre de grandeur, c’est la même taille que l’immeuble de St-Gingolph, ou les écovillages à Cheiry et Grandvaux. Même les terrains plus petits permettraient de réaliser un cluster, et monter un projet comme l’écovillage pour familles mono-parentales.

Au même temps, il y a beaucoup de monde qui nous demande des pistes pour vivre autrement: dans une Tiny House, dans un écovillage, ou dans toute autre forme d’habitat communautaire ou alternatif. Nous avons un groupe dédié aux tiny house,  avec plus de 400 membres, et des autres groupes dédiés à l’habitat groupé à Genève, en Valais et dans le Nord Vaudois, avec 50 à 100 personnes par groupe. Dans les différents groupes il y a beaucoup de discussions, mais très peu de projets qui se concrétisent.

Une demande et une offre qui existent, mais ne se rencontrent pas.

La demande pour l’habitat alternatif existe, l’offre de terrains aussi, mais demande et offre ne se rencontrent pas.

Cela est dû principalement au fait que les terrains, pour être utilisés pour de l’habitat groupé, ont besoin d’être aménagés et retravaillés: il faut monter un projet, déposer une demande de permis de construire, effectuer des travaux… toutes des opérations qui nécessitent du temps et de l’argent, et qui comportent un certain risque.

Et pour les individus qui sont intéressés à un style de vie alternatif, ce risque est trop grand pour que ça vaille le coup de se lancer.

Il faut un catalyseur.

Donc, pour initier des projets d’habitat alternatif, il faudra trouver un catalyseur.

Une première possibilité serait de trouver quelqu’un qui soit très motivé pour l’habitat alternatif, et qui ait envie d’investir dans ce domaine. Les retours sur investissement peuvent être assez conséquents, vue l’ampleur de la demande actuellement non satisfaite.

Une autre possibilité est de jouer davantage sur le caractère alternatif de l’habitat, et de proposer quelque chose de radicalement alternatif à l’habitat traditionnel.

Des pistes pour un habitat radicalement alternatif.

Une première piste est celle des communautés religieuses. On pourrait construire des shtetls juifs, des monastères ortodoxes, des villages Amish, ou tout autre type de communautés similaires.

d098d181d0b0d0b0d0ba_d090d181d0bad0bdd0b0d0b7d0b8d0b9_d095d0b2d180d0b5d0b9d181d0bad0b0d18f_d181d0b2d0b0d0b4d18cd0b1d0b0
(source image)

Une deuxième piste est celle des communautés à la base des écovillages existants: je pense notamment aux anthroposophes, qui ont pas mal de lieux existants, et qui pourraient mettre leur expérience dans la création de nouveaux lieux.

02-Sans-titre14-1063x850
(source image)

Une autre piste est celle de prendre des communautés temporaires, et en construire une version permanente. Je pense notamment à Die Neue Zeit ou aux différentes émanations du festival Burning Man (ma dernière découverte est le festival Nibana): de plus en plus de personnes souhaiteraient vivre à l’année dans ce type de communautés, et ça serait intéressant de pouvoir transformer ces projets de temporaires en permanents.

nibana
(source image)

Une autre possibilité est de créer un nouveau concept à partir de zéro, sur la base d’un besoin qui n’est pas satisfait. Je pense notamment à tous les nouveaux types de famille, tels que les famille polyamoureuses ou les familles arc-en-ciel: les personnes qui sont dans cette situation sentimentale (polyamoureux, LGBT…) grandissent, commencent à faire famille, et ont besoin d’une organisation qui est différente de la famille nucléaire traditionnelle. Il faudrait réfléchir à un type d’habitat sur mesure pour eux.

20160816_163227


Vous êtes intéressé à devenir un catalyseur pour un projet d’habitat alternatif? 

  • vous avez des idées et de l’argent à investir?
  • ou peut-être vous n’avez pas d’argent, mais vous avez un concept d’habitat alternatif que vous êtes prêts à développer et à soutenir? 

dans les deux cas, contactez-nous, ici ou au 079 525 71 35!

 

 

Publicités

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s