Décoration et activisme

Une partie de ma famille est originaire d’Iran.

Et j’ai profité des dernières réunions familiales pour en savoir un peu plus sur ce pays.

Dans la culture populaire européenne, l’Iran est une dictature sanguinaire, un pays où on s’amuse à torturer les gens pour tout et pour rien. Et toutes les représentations de l’Iran sur les médias européens parlent des activistes qui essaient de faire bouger les choses, qui paient pour leur activisme avec des peines exemplaires.

Cela ne pourrait pas être pas plus loin de la réalité. L’Iran est certes un pays avec des lois et coutumes très différents de ceux de l’Europe, et avec une justice bien moins clémente, mais les iraniens semblent bien s’accommoder de cet état de choses. Pour le standard Européen, les iraniens parlent très peu de politique.

Un autre aspect intéressant de la culture iranienne, est qu’elle est très centrée sur les arts: tout en Iran semble sorti d’un tableau ou d’un roman.

L’aspect le plus connu de la culture iranienne, ce sont les tapis:

persian_rug_1
(source image)

Après, il y a aussi les miniatures, qui mélangent littérature et peinture:

1024px-demotte_shahname_002
(source image)
kalila_wa_dimna_001
(source image)

On trouve de l’art aussi dans l’architecture:

1280px-esfahan_bazaar_entrance
(source image)
1280px-golestan_palace_48
(source image)

Dans les jardins:

819px-golestan_palace_08
(source image)

Dans la musique:

Même la cuisine a l’air assez décoré:

1024px-curries2c_isfahan_bazar2c_iran_28126785876229
(source image)
tc999briz_qarnc4b1yarc4b1c49fc4b1_2
(source image)
tc999briz_yarpaq_dolmasc4b1_3
(source image)
1024px-persian_new_year_table_-_haft_sin_-in_holland_-_nowruz_-_photo_by_pejman_akbarzadeh_pdn
La table de Nouvel-An (source image)

En Iran il y a encore pas mal d’artisans, Et leur vie, même si elle est très simple, semble sortie d’une oeuvre d’art:

qashqai_handmade_gabbeh_rug2c_registration_celebration2c_afif-abad_garden2c_shiraz_-_24_april_2018_03
(source image)
1024px-tehran_farsh_bazar
(source image)
768px-tissues_28262397452129
(source image)
1024px-esfahan_market
(source image)

Comme nous avions déjà vu en Russie et en Bolivie, en Iran aussi il y a une présence de la décoration dans la vie de tous les jours. En Iran, toutes les étapes de la vie quotidienne sont l’occasion de créer quelque chose de beau: les gens ont la sensation de créer des petits chefs d’oeuvre, et peuvent aller fiers de leurs créations.


Au contraire, en Europe, on parle de politique tout le temps.

Et on vit avec la sensation d’être tout le temps au bord d’une catastrophe: catastrophe climatique, catastrophe sociale, catastrophe si le parti adversaire prend le pouvoir, catastrophe si une certaine loi passe ou ne passe pas.

En Europe, on passe tout le temps à faire des manifestations et des grèves: grèves pour les femmes, grèves pour le climat, grève pour la réforme des SNCF… Même avec un PIB parmi les plus hauts de l’histoire de l’humanité et un bien-être diffus, les européens continuent à manifester et à demander plus.

Et l’art est prise en otage par cette manifestation continue. L’art n’est plus une manière de s’entourer de belles choses, mais doit nous rappeler à tout moment cette révolution permanente.

ligne_71-17_les_indociles-6
(source image)
1024px-amstrdm_230217_moco_banksy_02
(source image)
1024px-barsstencil
(source image)

On voit bien que, en Europe, nous avons perdu quelque chose. Allons voir en détail ce que nous avons perdu:

  • Tout est produit industriellement: nos habits, nos constructions, et parfois même notre nourriture. Nous sommes des simples consommateurs de quelque chose produite par quelqu’un d’autre.
  • Nous n’avons plus le temps pour produire de la beauté: il faut cuisiner vite, construire vite, aller de plus en plus vite pour tenir le pas avec la société.
  • notre travail est parcellisé, et nous arrivons difficilement à reconnaître le fruit de notre travail quand nous le croisons dans la rue (heureusement, notre métier fait exception)

Pour donner un sens à notre vie, nous devons avoir l’impression d’avoir fait quelque chose, d’avoir laissé un signe sur cette terre. Et comme nous sommes des consommateurs de quelque chose qui est toujours produite ailleurs, notre énergie sera canalisée dans l’effort d’influencer les entités qui produisent ce que nous consommons.

D’ici l’hyper-activisme de notre société.

Malheureusement, il est un hyper-activisme qui nous laisse toujours sur notre faim, car l' »ailleurs » qui produit ce que nous consommons est toujours plus grand que nous.

Pour sortir de notre faim, et revenir à un style de vie qui nous permet d’être heureux, nous devrons redevenir acteurs de notre destin:

  • commencer à produire des objets dont nous pouvons aller fiers
  • trouver la manière de gagner l’argent avec ce que nous produisons
  • organiser notre vie de manière à avoir le temps de produire de la beauté
  • organiser notre vie professionnelle de manière à être maîtres de notre travail.

C’est un processus long et difficile, mais ça vaut la peine de le faire.


Si notre approche vous intéresse et vous voulez nous connaître et faire un bout de chemin avec nous, nous produisons de Tiny House et des maisons écologiques en Suisse Romande. Pour plus d’infos, contactez-nous au 079 525 71 35!

Publicités

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s