Réflexions sur l’écovillage à Grandvaux: comment créer un projet qui réussit sur la durée?

Il y a quelques jours je vous avais parlé du sale moment qui était en train de se passer dans l’écovillage à Grandvaux.

b7c01615-bd1d-4218-9f40-1d4440a37ded-12.12.36-900x500

Aujourd’hui, nous allons voir ce qui a dysfonctionné dans ce projet, et comment on peut monter un projet d’écovillage ou d’habitat communautaire sans tomber dans le même piège.

Disclaimer: nous avons travaillé en tant que bureau d’architectes au projet de l’écovillage de Grandvaux, nous avons aussi habité quelques temps dans les lieux, mais nous ne faisons pas partie de la coopérative Bâtir Groupé, ni des autres sociétés du groupe. Notre regard reste un regard extérieur.

7698510740_bf1d393773_h
(source image)

1) Bien spécifier le but de l’écovillage

En général, les écovillages sont de deux types:

  1. Communautés d’entraide pour faciliter la vie des membres
  2. Communautés religieuses, ou promouvant un certain style de vie.

Il faut bien spécifier la raison d’être de l’écovillage, et être sûrs que les nouveaux membres soient bien conscients de ce qu’ils sont en train de faire au moment où ils s’inscrivent dans le projet.

Il faut aussi savoir refuser les gens qui ne sont pas en phase avec la raison d’être du projet. Donc, si on veut promouvoir un certain style de vie, il faudra éviter d’embarquer dans le projet des gens qui sont dans le besoin, et qui rejoignent le projet juste pour des raisons pratiques (recherche d’un logement, solitude etc…). Vice-versa, si on crée une communauté d’entraide, il faudra éviter d’embarquer des gens trop idéologisés.

maison et femme
(source image)

2) L’écovillage est des habitants, pas des facilitateurs.

Dans les projets d’écovillages, ce sont les habitants qui mettent le plus de temps et d’argent dans l’aménagement des lieux. Les facilitateurs sont juste là pour aider les habitants à avancer dans leur projet, et ne sont pas là pour questionner leurs choix de vie.

Pour cela, je recommande deux point clés à appliquer pour tous projets d’écovillage ou d’habitat communautaire:

  1. favoriser la propriété des logements (sauf dans les cas de projets subventionnés par les pouvoir public). Si les futurs habitants investissent dans le projet une somme considérable (20% de la valeur de leur appartement), ils ont tout le droit de devenir propriétaires du bien, et de le gérer comme mieux il croient. Si c’est l’état qui finance le projet, alors c’est à lui de définir les exigences, notamment en matière de logements sociaux.
  2. Professionnaliser l’équipe qui anime le projet. Une équipe bénévole risque de trop s’attacher au projet, et risque d’être déçue si le projet ne va pas dans la direction souhaitée. Une équipe professionnelle sait qu’elle est là uniquement pour faire un travail, et donc sera moins concernée si le projet prend une autre direction de celle qui était prévue au départ.
godwin_wikiworld
(source image)

3) Expliciter les risques et les problèmes le plus tôt possible

Les gens qui me connaissent en vrai savent que je suis parfois très dur. Je ne fais rien pour plaire aux gens, et je prends souvent des positions très impopulaires. On pourrait imaginer que je fasse ça pour défouler une rage ou pour un mépris de l’humanité. Par contre, je prends mes positions impopulaires pour deux raisons:

  1. Tester au plus vite les risques et les failles de mes projets. Si, avant de démarrer un projet, j’ai eu les remarques de mes pires opposants, et j’ai pu y répondre de manière satisfaisante, je suis déjà à moitié du parcours. La plupart des problèmes qui auraient pu se présenter se sont déjà présentés, et maintenant le parcours est beaucoup plus facile.
  2. Trouver des personnes qui sont prêtes à s’engager en toute connaissance de cause. J’ai trouvé mes alliés plus fidèles, mes meilleurs amis et parfois quelques amours lors des plus grosses bagarres. Une confrontation bien musclé est une occasion irrépétible de trouver des nouveaux compagnons de route et de renforcer les liens existants.

Donc, si un problème se pose, il faut surtout pas essayer de le cacher, mais au contraire il faut le faire sortir le plus tôt possible.


Pour ce qui concerne nos projets à nous, il y a encore des places pour nos projets à Plan-les-Ouates et à Veyrier. Si vous êtes intéresses, n’hésitez pas à nous contacter!  

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s